Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

26/11 - 23h19

Nicolas Thomas : « Tout donner pour rentrer le plus vite possible à la maison...»

Une nouvelle fois Pointe-à-Pitre s'est déplacée en masse pour accueillir, dans le coeur de la nuit tropicale, le Saintois Nicolas Thomas (Guadeloupe Grand Large-1001 Piles Batteries), 28ème Class40 à en finir devant Gosier. Contraint à un longue escale à La Corogne, ce jeune talent du large est parvenu à se remobiliser et à reprendre le fil de sa course pour se classer 28è. Pied au plancher, il a volontiers fait monter le speedo de son Mach 40 dans les tours, affichant le joli score de 326,5 milles parcourus sur 24 heures à plus de 13 noeuds de moyenne. 

L'arrivée

« Les derniers mètres avant la ligne ont été très longs… Plus j'avançais, moins il y avait de vent. Mais, j'ai ressenti un grand soulagement d'avoir enfin coupé cette ligne d'arrivée et de savoir que j'allais toucher terre et retrouver les copains. Les derniers milles ont vraiment été les plus longs de ma vie. Au bout du compte, je retire pas mal d'expérience acquise sur cette course, ma première transat en solitaire. J'ai fait quelques petites erreurs, justement par manque d'expérience… Mais il faut bien commencer par quelque chose. Le résultat sportif n'est pas celui que j'espérais au départ de cette Route du Rhum, mais je relativise, ce n'est que du bon pour la suite… »


Les galères, l'escale à La Corogne

« Dès le début de la première nuit, j'ai eu un souci d'enrouleur de solent qui m'a bien mis dans le rouge. Ensuite à Ouessant, au reaching, j'ai réussi à rattraper pas mal d'autres bateaux, mais entre temps j'avais perdu mes aériens, donc plus d'infos vent. De là, je repars dans les derniers et je reviens 8è. C'est à ce moment là que je rencontre un problème de safran rendant le bateau incontrôlable, et occasionnant un solent déchiré et une barre de liaison cassée… Cette série de bonnes galères font que je ne peux plus aller très loin, et je me déroute vers la Corogne pour réparer. Il a ensuite fallu que j'attende une fenêtre météo favorable pour doubler la pointe de l'Espagne où il y avait une mer démontée générée par le passage de plusieurs dépressions. »

 

Le deuxième départ

« Après une longue escale, j'ai réussi à repartir même s'il a fallu composer avec 40 noeuds les 24 premières heures. Une fois que j'ai trouvé des vents plus cléments, passé les Canaries, touché les alizés, j'ai eu un peu l'impression d'avoir une première récompense après ces difficultés surmontées. Quand je me suis dérouté à La Corogne, j'avais le moral au plus bas. J'ai eu ma compagne au téléphone, ainsi que Jeanne Grégoire qui m'a accompagné dans ma préparation sportive. Lors de mon escale, j'ai reçu beaucoup de soutiens et d'encouragements pour continuer. Petit à petit, j'ai repris confiance en moi. Je me suis dit que je ne pouvais pas m'arrêter là, et qu'il fallait que je rentre à la maison, en Guadeloupe… Ensuite, c'est vrai que je me suis focalisé sur la vitesse, même si ce n'est pas facile pour le bonhomme qui vit ça à l'intérieur. J'ai eu un peu peur que le bateau s'arrête brutalement dans une vague, ou qu'il heurte quelque chose… Une nuit, dans 30-35 noeuds, sous petit spi, trinquette et GV, j'ai fait des jolis surfs à 22-23 noeuds. J'étais bien toilé, je me suis accroché, je ne voulais pas affaler. C'est de cette manière que j'ai fait ma course. Même si j'étais un peu derrière, j'ai fait le maximum et j'ai tout donné pour gagner quelques places à l'arrivée et aller le plus vite possible ! »

Autres actualités

18/07/2018

Armel le Cleac’h :  « On a une belle histoire à écrire. Être au départ sera une première victoire »

Armel le Cleac’h : « On a une belle histoire à écrire. Être au départ sera une première victoire »

Armel le Cléac'h et son géant banque populaire IX seront au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2018. L'objectif du skipper est de remporter cette compétition. Mis à l'eau en octobre dernier après un chavirage, le skipper multiplie les entrainements sur son maxi-trimaran. 

17/07/2018

Un Marin fière de ses foils !

Un Marin fière de ses foils !

Alan Roura a publié sur son compte twitter les premières images de son voilier « La Fabrique ». Après des mois de travaux, le nouveau bateau du skipper a était dévoilé et mis à l'eau afin d'être jaugé.