Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

06/02 - 17h00

Avec son «petit rognon», Jacques Valente ne navigue jamais vraiment en solitaire

Le marin genevois, greffé d'un rein, prépare la Route du Rhum - Destination Guadeloupe. Son but ? Traverser et surtout faire parler du don d'organes.

Jacques Valente, est une figure lémanique. Sur les pontons, il est connu comme le loup blanc, le «vieux Jack». Des Bol d'Or, des championnats de multicoques, des régates du soir, il est de toutes les sorties ! Et toujours avec cette bonne humeur communicative. « Avec ce que j'ai vécu, je n'ai pas le droit d'être négatif. On m'a fait le plus beau des cadeaux et j'essaie de m'en montrer digne.»

Alors qu'il se prépare pour La Route du Rhum - Destination Guadeloupe, Jacques Valente se replonge dans ses souvenirs. Pour mieux mesurer la chance qu'il a d'être là. « C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour dire merci, dit-il. Continuer à faire ces choses que j'ai toujours aimé faire: naviguer, voler. Retourner aux Antilles, c'est très symbolique pour moi. Il y a quatre ans, j'avais déjà traversé l'Atlantique, mais je n'étais pas dans la course. J'étais parti sur mon 9,50 m et j'avais devancé la flotte du Rhum pour arriver en même temps que les Class40. J'avais été accueilli en héros par le CHU de Pointe-à-Pitre. Sur place, il y avait Laurence, ma donneuse, et ils avaient organisé une très belle fête. C'est à ce moment-là qu'ils nous ont fait promettre de revenir en 2018, en course cette fois.». Il va donc tenir parole et repartir à l'assaut de cet océan sur lequel il a bien failli mourir. C'était en 2007 alors qu'il courrait sa deuxième Mini Transat, « Sur la première étape, en direction de Madère, j'ai commencé à me sentir pas bien. Je gonflais de partout, avec de gros problèmes aux articulations. Je n'arrivais plus à uriner. J'ai réussi tant bien que mal à rejoindre l'archipel portugais. Là-bas, on m'a fait des examens et on s'est rendu compte que tout mon système rénal était hors service. J'avais des taux de toxines dans le sang extrêmement élevés. J'ai été rapatrié et ensuite j'ai attendu sept mois en liste d'attente avant de recevoir cet incroyable cadeau.» Ce cadeau, c'est son amie d'enfance Laurence qui va lui offrir, « Elle m'a sauvé la vie, point. Que dire de plus? Fille de médecin et donneuse universelle, pour elle, c'était un geste naturel. À chaque fois que je pense à ce que Laurence a fait, j'ai les poils qui se dressent. C'est une femme incroyable. C'est mon binôme. Je ne navigue jamais en solitaire puisque j'ai son rein qui m'accompagne depuis bientôt dix ans.»

Le Genevois se concentre sur cette Route du Rhum et c'est sur un Class40, que l'heureux quinqua s'élancera de Saint-Malo le 4 novembre prochain. «C'est une course énorme et qui nécessite une préparation sérieuse. C'est pour cela que je suis allé m'installer à Lorient. C'est là-bas que ça se passe pour la course au large. Il y a tout sur place. Du matériel, des entraîneurs, des groupes de compétition, et des copains suisses comme Alan Roura ou Simon Koster qui m'ont bien aidé à m'installer. Ce ne sera pas simple et même assez physique. Mais je vais y arriver

Il va le faire pour Laurence, pour lui. Un Rhum comme antidote pour promouvoir le don.

Pour en lire davantage sur cette histoire --> Source : La Tribune de Genève par Grégoire Surdez

Autres actualités

17/08/2018

Eric JAIL / La Voix de l’Océan des préparatifs un peu compliqués.

Eric JAIL / La Voix de l’Océan des préparatifs un peu compliqués.

Eric se prépare pour sa qualification à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, course qui partira le 4 novembre 2018. Une course avant la course !

17/08/2018

« Je veux vraiment me servir de mes qualités intérieures » Eric Jail explique comment, grâce à OGE « à l’envers de l’ego »,  il aborde différemment sa 2ème  Route du Rhum

« Je veux vraiment me servir de mes qualités intérieures » Eric Jail explique comment, grâce à OGE « à l’envers de l’ego », il aborde différemment sa 2ème Route du Rhum

Eric Jail participe à « La Route du Rhum- Destination Guadeloupe » avec un 50 pieds baptisé « La Voix de l'Océan » .  Il offre un sponsoring à OGE « à l'envers de l'ego » Voici quelques extraits d'une entrevue qu'Eric Jail nous a accordée :