Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

03/11 - 18h35

A l’épreuve du feu sur des eaux tourmentées

Les conditions dantesques décrites par Loïck Peyron, n'ont évidemment pas épargné la famille nombreuse Class40. Au delà des sérieux problèmes de quille survenus à bord des deux frères jumeaux très récemment mis à l'eau de François Angoulvant (Team Sabrosa)  et de Marc Lepesqueux (Sensation Class40), une dizaine de solitaires déplore d'inévitables soucis techniques plus ou moins graves, les obligeant à faire escale dans un port breton, où les uns s'arrêtent quand les autres repartent. En tête, Sébastien Rogues (GDF SUEZ) imprime toujours un rythme soutenu et tient son rang de favori. 

Un statut que ne pourra malheureusement plus défendre Nicolas Troussel (Crédit Mutuel de Bretagne). Victime d'une entorse à la cheville, le double vainqueur de la Solitaire du Figaro, 2è à Pointe-à-Pitre en 2010 dans cette catégorie, revenait avec des ambitions fortes. Suite à cette blessure survenue cette nuit, il a malheureusement été contraint de jeter l'éponge. Même scénario pour Thierry Bouchard (Walfo) qui s'est blessé au poignet et  renonce également aujourd'hui à poursuivre. Tout comme Arnaud Boissières, grand animateur des deux derniers tours du monde en solitaire, qui a choisi d'abandonner au regard de la liste des pépins techniques qui s'additionnent à bord de son vieux bateau (safran fissuré, infiltration d'eau…). Celui que tous le monde surnomme Cali sur les pontons, estime que son Aerocampus - Du Rhum au Globe, dont il attrapé la barre sur le tard, n'est pas en état de traverser l'Atlantique en toute sécurité.

 

Seb, Alex et les autres…

Preuve s'il en est de la virulence du front qui a cueilli la flotte à froid, obligeant l'ensemble de la flotte à faire le dos rond. Courber l'échine, éviter les uppercuts des éléments et faire appel à son bon sens marin, tel est le mot d'ordre pour l'ensemble des skippers. Dans ce contexte, force est de constater que les binômes skipper-bateau les plus éprouvés passent le mieux cette épreuve du feu sur les eaux tourmentées de ce début de course. C'est le cas de Sébastien Rogues qui s'accroche aux commandes de la flotte. Celui qui n'a laissé aucune victoire sur l'ensemble des épreuves du circuit depuis une saison démontre qu'il sait tirer le meilleur de son très puissant Mach 40, dont il a appris à maîtriser la puissance par tous les temps.

 

Solides solitaires et routiers des mers

Il n'est pas le seul. Et nombreux sont ceux qui tirent aussi leur sillage de ce jeu à haut risque dans la descente du golfe de Gascogne et rappellent que la course n'a en rien perdu tous ses droits. Alex Pella est de ceux là. 2è, le Catalan tire également le meilleur de son bel oiseau blanc (Thales 2 - Santander 2014) qu'il a appris à connaître pour en corriger les défaut de jeunesse depuis la dernière transat en double l'an passé. Idem pour le skipper venu tout droit de la classe IMOCA, Kito de Pavant (Otio - Bastide Medical), qui n'a rien laissé au hasard dans la préparation de ce Rhum du côté des Class40 pour faire parler son expérience. Rompu aux conditions extrêmes, le skipper méditerranéen tient bon la barre aux avant-postes. Gare aussi à Louis Duc (Advanced Energies Carac), Pierre Brasseur (Matouba), Stéphane Le Diraison (IXBlue - BRS), le Belge Michel Kleinjans (Visit Brussels), la Britannique Miranda Merron (Campagne de France) et son compagnon Halvard Mabire (Camapagne 2 France)... Qu'ils viennent du circuit Mini 6.50, réputé pour forger les plus solides tempéraments en solitaire, ou qu'ils comptent au rang des routiers des mers, pour eux, aussi dure soit-elle, la course ne fait que commencer… 

 

On répare et ça repart

Pour d'autres elle promet de repartir de plus belle. A Saint-Quay-Portrieux, à Roscoff ou à Camaret, le va-et-vient des solitaires témoignent que rien n'est joué et que tout reste à faire. Grâce au soutien de leur équipe technique et à la légendaire solidarité des gens de mer, Bertrand Delesne (Teamwork40), Jean Galfione (Serenis Consulting), le Britannique Conrad Humphreys (Cat Phones) ont d'ores et déjà repris la route, ou s'apprêtent à remettre les voiles pour retrouver les chemins qui mènent jusqu'à la Guadeloupe après une courte escale…

 

Autres actualités

18/07/2018

Armel le Cleac’h :  « On a une belle histoire à écrire. Être au départ sera une première victoire »

Armel le Cleac’h : « On a une belle histoire à écrire. Être au départ sera une première victoire »

Armel le Cléac'h et son géant banque populaire IX seront au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2018. L'objectif du skipper est de remporter cette compétition. Mis à l'eau en octobre dernier après un chavirage, le skipper multiplie les entrainements sur son maxi-trimaran. 

17/07/2018

Un Marin fière de ses foils !

Un Marin fière de ses foils !

Alan Roura a publié sur son compte twitter les premières images de son voilier « La Fabrique ». Après des mois de travaux, le nouveau bateau du skipper a était dévoilé et mis à l'eau afin d'être jaugé.