Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

04/11 - 12h08

Eliès, Josse, Gavignet et Guichard joints ce matin

Alors que les sept Ultime encore en course glissent le long des côtes du Portugal, direction Madère qu'ils devraient atteindre dans la soirée, les skippers commencent à prendre un peu de temps pour recharger leurs batteries ! Mais les conditions météorologiques et surtout l'état de la mer ne sont pas encore favorables pour relâcher l'attention…

Yann Elies (Paprec Recyclage)

« Ça reste encore chaud : il y a plus de 30 nœuds de vent mais la mer s'aplatit doucement ce matin. Il y a une magnifique houle avec des déferlantes, c'est un peu l'ambiance du Grand Sud : ça faisait longtemps que je n'avais pas vu ça. Je commence à récupérer ce matin, j'ai bien dormi sous trois ris et trinquette, et j'avance correctement donc je suis arrivé à m'alimenter. Il fait beau, on commence à avoir du soleil, ça sent le bout du tunnel. On va déguster les pistes de ski dans la neige fraiche… On va attaquer dans quelques heures. La musique est respectée : les gros devant, les petits derrière. Je suis content de la façon dont j'ai navigué, car je ne suis pas loin de Sidney Gavignet qui est un bon marin.

Je suis impressionné par Sébastien Josse qui a fait des moyennes hallucinantes que je ne suis pas prêt de faire, et puis Lionel Lemonchois aussi a fait des moyennes de 27 nœuds, je suis impressionné ! C'est la question du choix de la voilure ce matin. Je vais sans doute renvoyer de la toile maintenant qu'il fait jour et que je suis en forme. Je me pose beaucoup de question sur la toile. Les autres ont l'expérience donc ils ne se la posent pas. C'est ce qui fait la différence entre Lionel Lemonchois et moi.

Les prochaines heures, ça devrait s'améliorer, le terrain va s'aplatir un peu, en même temps il va falloir mettre du charbon ! On va tous chercher à contourner l'anticyclone, si on prend du retard, ça va s'étirer par devant. Jusqu'à présent, j'ai eu du mal à tenir les moyennes des routages. J'espère maintenant tenir la cadence, car j'ai peur que la porte se ferme pour les petits bateaux dans le contournement de l'anticyclone. Je vais renvoyer de la toile et voir si c'est le bon choix et puis j'ai un peu de bricolage à faire... »


Sébastien Josse (Edmond de Rothschild)

« Ça se passe pas mal, le plus gros est derrière nous : on est dedans mais la sortie est imminente. Ça va faire du bien. J'essaye de faire ce qu'il faut pour rester dans le match. On verra comment ça se passe après. Dans un ciel de traine avec de gros cumulus, il reste de la mer, 4 mètres de houle, 30 nœuds vent, trois ris ORC… Les conditions sont encore musclées. Ce ne sont pas les alizés !  J'ai une bulle de protection du cockpit qui est partie. Je vais la remettre plus tard. Je barre beaucoup. La suite : sortir de cette mer désordonnée ! J'attends que le vent adonne, mollisse, et on va renvoyer de la toile. Ce matin, j'en profite pour me reposer comme on est au portant : c'est plus pratique que le près. »

 

Sidney Gavignet (Musandam-Oman Sail)

« Je me fais griller au soleil dans ma cabine à chien, ça fait du bien ! On est sorti du gros temps avec grosses bourrasques, des rafales plus fortes de 10 nœuds : j'ai failli cabaner hier matin, mais j'ai eu le temps de choquer l'écoute en grand et de me préparer à rentrer à l'intérieur au cas où le bateau se serait retourné. Cette nuit et ce matin, j'ai un peu trainé la patte. Je dormais dans mon hamac la télécommande dans la main, donc je n'ai pas été rapide : on n'arrivera pas aller aussi vite que les gros. Nerveusement, ça va très bien, rassurez vous ! Physiquement ça va aussi. Mais je n'ai plus d'eau chaude, j'ai cassé mon réchaud, c'est con pour la nuit. On attend que le vent tourne gentiment vers le Nord, on garde du vent pendant un moment, j'ai 30 nœuds maintenant, alors que cette nuit on a eu 30 35 nœuds. J'ai eu une bourrasque à 45 nœuds avec de la grêle, c'était spécial ! On fait une pointe à 35 nœuds dans une vague, mais ca va ! Il faut quand même être vigilant… Les vagues sont ¾ arrières donc c'est moins dangereux que les deux premiers jours. »



Yann Guichard (Spindrift 2)
« Il y a de la mer, pas très ordonnée, elle est grosse, c'est surtout les grains qui sont puissants, mais moins depuis 1h ou 2h. Toute la nuit 45 nœuds dans les grains, c'est chaud… Ça va, ca glisse, on va vers l'amélioration, le vent va mollir dans 3-4 heures car c'est fatigant, avec les manœuvres et les changements de voiles. Sur ce type de bateau, ça prend du temps. J'arrive à revenir sur les premiers, donc je suis content. J'adapte ma voilure, j'ai passé la nuit ave deux ris, je suis revenu depuis hier, il faut renvoyer un ris ou pas… 50 milles de retard, ce n'est pas grand chose, on va être serré dans le Sud, il va falloir tenir le rythme, il va falloir que je renvoie de la toile, donc je vais perdre du terrain mais revenir après. Je suis agréablement surpris pas le bateau : j'arrive à le gérer… J'ai dormi un tout petit peu ce matin. »

Autres actualités

16/07/2018

Jérémie Beyou : En route vers la Route du Rhum - Destination Guadeloupe dans le secret de la victoire …

Jérémie Beyou : En route vers la Route du Rhum - Destination Guadeloupe dans le secret de la victoire …

Jérémie Beyou et son équipe du Charal Sailing Team ont ouvert leurs portes à l'équipe de Ouest France. Ils nous proposent une découverte en exclusivité du chantier du futur IMOCA de Jérémie Beyou sur lequel il naviguera lors de la prochaine Route du Rhum - Destination Guadeloupe. 

11/07/2018

Klaxoon : Jean-Marie Loirat ensemble pour la Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2018

Klaxoon : Jean-Marie Loirat ensemble pour la Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2018

La sart-up Rennaise Klaxoon et le skipper breton Jean-Marie Loirat forment une équipe solide pour affronter ensemble l'édition  2018 de la Route du Rhum Destination Guadeloupe. Le voilier Klaxoon vient d'être pesé et jaugé avec succès, un moment important pour la suite de l'aventure.