Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

05/11 - 17h51

Premières divergences atlantiques

Après trois jours de course très sélectifs, l'heure d'un choix de route crucial a sonné pour la plupart des 31 skippers en course et en mer composant les rangs d'une flotte qui déplore huit abandons, dont celui de Sébastien Rogues (GDF SUEZ), l'un des plus solides favoris au départ de Saint-Malo. Ce mercredi, au large de la péninsule ibérique, les solitaires, qui ont laissé le cap Finisterre dans leur tableau arrière, profitent de retrouver des conditions plus maniables pour reprendre des forces. Place cette fois à la réflexion et à la stratégie. Déjà de premières options se dessinent…
 
Pouce ! Les voix sont encore fatiguées. Pour pas dire éreintées à mesure qu'elles avouent le lot de pépins techniques que chacun déplore. Elles témoignent de la virulence des éléments qui n'ont épargné aucun des marins. Sur l'eau, si la mer reste difficile, le vent s'est considérablement calmé, il a surtout perdu de son insoutenable instabilité. Mais cette fois, c'est à la table à carte que les esprits s'échauffent pour garder le bon cap. Les uns et les autres font tourner les modèles et épluchent les fichiers dans l'espoir de trouver le meilleur chemin, soit le plus rapide, pour rallier Pointe-à-Pitre. 
 
Entre front et anticyclone
En tête, Kito de Pavant (Otio-Bastide Médical)  ouvre la route des partisans des quartiers Ouest-Sud-Ouest du plan d'eau. Il est suivi, à 20 milles derrière par Yannick Bestaven (LE CONSERVATEUR), auteur d'une remontée spectaculaire ces dernière 36 heures, le propulsant à la 3è place à l'aube du 4è jour de mer. Damien Seguin (ERDF – Des Pieds et des Mains), Pierre Brasseur (Matouba), Fabrice Amedeo (SNCF – Geodis – Newrest), ainsi que Miranda Merron (Campagne de France) semblent aussi privilégier cette stratégie. Ces protagonistes progressent pour aller chercher le deuxième front attendu sur la flotte dans les prochaines heures, quitte à devoir de nouveau faire le dos rond dans des vents forts avant de pouvoir franchement ouvrir les voiles une fois ce système passé. 
 
Plus au Sud, affichant un décalage latéral de 80 milles, Thibault Vauchel-Camus (Solidaires en peloton), 2è, après un son joli coup réalisé dans le golfe de Gascogne qui l'a vu se glisser sous le vent de la route pour se propulser devant quand le vent s'est orienté aux allures portantes, persiste et signe au chapitre d'une stratégie qui lui a souri. Pour lui l'objectif est d'attraper des vents plus favorables dans ses voiles, avec le risque néanmoins de se laisser piéger dans les mailles distendues des isobares d'une zone anticyclonique qui se reconstruit progressivement sous la dépression Atlantique.  
 
Au-delà des fichiers…
Une option qui rencontre aussi le suffrage d'Alex Pella (Thales 2 - Santander 2014) et Stéphane Le Diraison (IXBLue – BRS), ou Halvard Mabire (Campagne 2 France), qui déplore des problèmes de barre l'obligeant à passer de longues heures à bricoler pour réparer. Idem pour Dominique Rivard (Marie Galante), 15 à 150 milles du leader, qui signe un très beau début de course au regard de son statut d'amateur. Au-delà des fichiers météo, le potentiel du bateau et les ressources du marin demeurent des composantes essentielles du choix de chacun pour tracer sa route pour rallier coûte que coûte la Guadeloupe.
 
 
Ils ont dit
Sébastien Rogues (GDF SUEZ) : « Avec un début de course compliqué, j'avais réussi à tirer mon épingle du jeu, mais les conditions météo et de navigation qui ont malmené le GDF SUEZ ont fini par l'emporter. Je suis extrêmement déçu mais très touché des soutiens que j'ai reçus depuis le début. Je remercie mes proches, l'ensemble des collaborateurs du groupe GDF SUEZ, mon équipe, mes partenaires qui m'ont soutenu depuis le début de cette formidable aventure. Même si je ne peux pas continuer à naviguer dans ces conditions, je garde en tête une expérience riche et intense que je ne suis pas prêt d'oublier. »
 
Fabrice Amedeo (SNCF – Geodis – Newrest) : « Tout va bien à bord, je suis en pleine forme, j'ai bien dormi je m'alimente bien. Je profite à fond de cette belle Route du Rhum. Le bateau est un peu fatigué, mais rien ne m'empêche de continuer ou m'oblige à faire un arrêt. J'ai une fuite d'eau assez importante qui m'oblige à passer beaucoup d'heures toutes les 24h et à vider par-dessus bord. J'ai quelques petits problèmes informatiques mais rien de grave, globalement je suis content. »
 
Dominique Rivard (Marie Galante) : « Le bateau est en bon état mais j'ai un problème d'alternateur et de GPS… Ça m'a fait du bien de voir que j'étais bien placé : je ne me suis pas donné à fond pour rien ! J'avais peur de casser quand le vent est monté à 43 nœuds avec une grosse mer : je me suis fait couché… Il va y avoir un deuxième départ avec la dépression qui arrive : je ne sais pas encore trop comment je vais négocier tout ça. Je vais profiter de l'accalmie provisoire pour me reposer : le ciel s'est dégagé et c'est du bonheur. » 
 
Stéphane (Le Diraison – Ixblue-BRS) : « Je m'étais préparé à passer le gros temps mais j'ai déchiré mon foc solent. Maintenant, la mer se range un peu et c'est plus agréable : je me suis laissé glisser parce que je n'ai pas le même bateau que les leaders qui sont plus à l'aise dans la brise. Physiquement, je vais bien et puis nous allons vers des conditions plus paisibles : j'ai commencé à me reposer dans le golfe de Gascogne et j'ai la forme. J'ai encore 20-22 nœuds de vent. »

Pierre-Yves Lautrou – L'Express Trépia (Class40)
« Le départ était agité, mais je commence à rentrer dans le rythme et à trouver mes marques. La descente dans le golfe est rapide et j'arrive déjà sur le cap Finisterre. Ce n'était pas facile de faire cette escale technique à Camaret (perte des deux girouettes), mais c'est bon maintenant : je n'ai plus de pépins techniques importants. Le bateau marche bien au vent de travers et la brise commence à faiblir doucement. » 
 
 

Autres actualités

14/12/2017

La famille des licenciés exclusifs s’agrandit !

La famille des licenciés exclusifs s’agrandit !

Dévoilée en octobre dernier, dans le cadre du lancement du Club Rhum – Groupe Télégramme à Saint-Malo, la liste des premiers licenciés exclusifs de l'édition des 40 ans s'enrichit aujourd'hui de nouveaux acteurs. Ainsi, Mix, Crêperie Le Guen, Malo et Plein Fruit, viennent-ils agrandir la famille des produits agro-alimentaires qui porteront les couleurs de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Mais les licences ne s'ouvrent pas seulement aux plaisirs de bouche, puisque la société L'Arboiserie devient également licenciée pour les articles en bois.

10/12/2017

La Ministre des Outre-mer est venu s'informer sur les nouveautés 2018 !

La Ministre des Outre-mer est venu s'informer sur les nouveautés 2018 !

La Ministre des Outre-mer, Annick Girardin est venu sur le stand d'OC Sport Pen Duick - Groupe Télégramme pour parler des nouveautés 2018. Cette 11ème édition est une année exceptionnelle puisqu'elle fêtera les 40 ans de cette course mythique qu'est La Route du Rhum - Destination Guadeloupe.