Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

08/11 - 13h45

Des nouvelles de la mer…

Les conditions météorologiques sont très différentes entre les cinq classes de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe : des alizés instables et irréguliers du côté des Antilles pour les Ultime, un anticyclone qui propage ses métastases sur les IMOCA et les Multi50 au large des Açores, une dorsale qui bloque le chemin des alizés du côté de Madère pour les Class40 et les Classe Rhum…

S'il faut déplorer 25 abandons avec le démâtage du Britannique Conrad Humphreys (Cat Phones) vendredi soir, il n'y a plus que le Portugais Ricardo Diniz (Parisasia.fr) en escale technique à La Corogne. En effet, Luc Coquelin (Guadeloupe Dynamique) est reparti ce samedi midi du port espagnol après avoir résolu ses problèmes de tenue de quille et le Saintois Nicolas Thomas (Guadeloupe Grand Large-1001 Piles Batteries) prenait la mer un quart d'heure plus tard du même port. Quant au Class40 d'Olivier Roussey (Obportus-Conseil Général de Lorraine), il a quitté les pontons portugais de Cascais dans la nuit, vers 3h après avoir réparé son chariot de grand-voile.


Willy Bissainte (Classe Rhum) : Machine à laver

« C'est la machine à laver, mais ça va bien. Il y a 25 nœuds de vent, un peu de mer, et un vent de travers mais c'est maniable. Je suis content d'avoir du vent comme ça. Il vaut mieux ça que de la pétole comme il y a quatre ans : je ne vais pas me plaindre. En ce moment il y a sur ma droite du soleil et sur ma gauche des nuages. Il faut des nuages pour avoir du vent donc tant mieux pour la course ! Je vais me bagarrer avec le Finlandais Ari Huusela qui a le même bateau que moi, un Pogo-40,  jusqu'à la ligne d'arrivée… »


Yann Eliès (Ultime) : Safran bâbord…

« J'ai un souci avec le safran bâbord et j'aimerais bien qu'il reste un morceau d'ici l'arrivée même si normalement le bâbord d'ici 24h, il n'y en aura plus besoin. Il faut donc qu'il tienne encore une journée... J'imagine que c'est la face extérieure, il doit manquer un bout en haut du safran, mais je n'ai pas pu aller voir car il y a un peu de mer. C'est un rythme super intense surtout qu'on a eu pas mal de vent. Je prends du plaisir depuis Madère, mais comme tout le monde, moralement on a serré les fesses. Il y a eu des moments difficiles où j'ai perdu pas mal de terrain car j'avais de petits problèmes techniques et là, depuis qu'on est dans les alizés, ça y est : je m'éclate, c'est vraiment sympa ! On bénéficie derrière de bonnes conditions par rapport aux premiers car ils ont eu des alizés assez faibles. J'ai encore pas mal de doutes sur les choix de voiles, les réglages mais c'est normal, je suis encore novice. Je suis à 600 milles derrière les premiers. Si je n'avais pas eu de problèmes techniques à un moment crucial avant Madère, j'aurais été derrière mais pas si loin que ça... Pour l'instant c'est une petite déception. »


Éric Jail (Classe Rhum) : Départ laborieux

« Je suis reparti de Porto hier soir. J'ai eu des difficultés pour m'éloigner de la côte puis le vent est rapidement rentré de l'Ouest. Je cherche encore quel vent est le plus favorable. On va peut-être se prendre des orages ! J'ai vu un magnifique arc-en-ciel mais je suis trempé. J'ai fait une escale à Porto car j'avais un problème de quille mais c'est bon, elle ne bouge plus. Cela aurait été dangereux de continuer. Daniel Ecalard (Défi Martinique) a lui aussi fait escale car il avait des problèmes de lattes de grand-voile. On a tiré des bords toute la nuit pour s'éloigner de cette côte. »


Armel Tripon (IMOCA) : Enfin à plat !

« Ça va très bien ! Le bateau est à plat : c'est sympa. On a une magnifique pleine lune comme en plein jour. C'est plaisant de pouvoir naviguer sans pencher. Hier j'étais sous spi avec un ris. Puis en début de nuit j'ai sorti la grand-voile. On a actuellement entre 17 et 20 nœuds tribord amure. On est en bordure d'anticyclone. Il peut encore y avoir beaucoup de changement : il reste 2000 miles. Il y a les prévisions puis ensuite pas mal d'aléas donc il faut rester vigilant et opportuniste. Le vent de cette nuit n'était pas prévu aussi fort par exemple.

C'est la première fois que je passe une si longue distance en mer avec ce bateau ! Le bilan est positif car je suis en super forme, j'ai bien mangé et bien dormi. Je gère bien et j'anticipe ! Le bateau est génial. »


Yves Le Blévec (Multi50) : Œufs bacon

« On a une nuit à rattraper donc vaut mieux aller vite ! Ca se passe bien. J'ai un bateau rapide et c'est plus facile. Il fonctionne bien et je fais tout pour bien avancer. On a de bonnes conditions et on fait tout pour y rester. La mer est sympa, plate avec un vent stable : 15-20 nœuds, on va flirter avec le centre de l'anticyclone et ça va ralentir. Maintenant on a la position des camarades rafraichie toutes les heures, ce qui permet de bien voir ceux qui avancent et ceux qui n'avancent pas. Il faut que je  puisse bien manger et bien me reposer. J'ai fait mes œufs au bacon et j'allais me faire un thé. Le programme du jour : quelques heures à la barre, m'occuper de ma trajectoire, appeler les uns et les autres et manger/dormir pour être en pleine forme… »


Autres actualités

10/12/2017

La Ministre des Outre-mer est venu s'informer sur les nouveautés 2018 !

La Ministre des Outre-mer est venu s'informer sur les nouveautés 2018 !

La Ministre des Outre-mer, Annick Girardin est venu sur le stand d'OC Sport Pen Duick - Groupe Télégramme pour parler des nouveautés 2018. Cette 11ème édition est une année exceptionnelle puisqu'elle fêtera les 40 ans de cette course mythique qu'est La Route du Rhum - Destination Guadeloupe.   

06/12/2017

France Télévisions et OC Sport Pen Duick renouvellent leur partenariat jusqu’en 2020

France Télévisions et OC Sport Pen Duick renouvellent leur partenariat jusqu’en 2020

Fidèle aux épreuves organisées par OC Sport Pen Duick depuis de nombreuses années, France Télévisions a renouvelé son engagement ce mercredi, en direct du salon nautique de Paris, par le biais d'un accord cadre portant la signature d'Olivier Montels, Directeur délégué France 3 en charge du réseau régional, et Mathieu Sarrot, Directeur des événements pour la société organisatrice. Concernant toutes les courses mises en œuvre par OC Sport Pen Duick, ce partenariat va bien entendu concerner le 40ème anniversaire de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe et courra jusqu'à la prochaine édition de The Transat en 2020.