Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

07/02

Thomas Ruyant veut défendre son titre

Thomas Ruyant a remporté la dernière édition de la Route du Rhum en Class40 et cherche actuellement les fonds nécessaires pour défendre son titre. La saison 2013 n'a pas été à la hauteur de ses espérances avec notamment son abandon dans la Transat Jacques Vabre et une Solitaire décevante. En 2014, il n'a plus de programme en Figaro faute de visibilité financière et il mise tout sur la Route du Rhum, sans pour autant disposer du financement requis. Il lui manque encore deux-tiers du budget de 300 000 euros et poursuit ainsi sa prospection. Le skipper souligne qu'il vise toujours le Vendée Globe 2016 et qu'un bon résultat dans le Rhum lui serait bien utile dans cette optique.

– Quel bilan tirez-vous de votre Transat Jacques Vabre cet autom-ne, malgré un abandon rapide ?

« C'est vrai que ça c'est arrêté très vite (1) , c'est très décevant, car nous y avions mis beaucoup d'énergie, et parce que le bateau marchait bien, que nous étions dans le coup. Cela dit, j'ai rencontré un personnage atypique avec Bruno Jourdren. Passionnant, et qui m'a aussi beaucoup appris. »

– Et celui de votre saison 2013 ?

« J'ai énormément progressé cette année. En Figaro, je termine cinquième de la Solo Concarneau, et quatrième du Tour de Bretagne avec Damien Iehl, un spécialiste du match-race, en remportant la dernière étape. On a bien fonctionné à deux, un bon duo, qu'on devrait d'ailleurs reformer à l'occasion. Mais je n'ai pas fait une Solitaire satisfaisante, en revanche. Pourtant, le bateau est rapide, j'étais souvent aux avant-postes… Mais il me manque encore deux ou trois petits trucs, car le niveau est vraiment relevé. »

– Ce sera donc pour cette année ?

« Ah non… Mon voilier est loué pour toute la saison, je n'avais de toute façon pas assez de visibilité financière pour établir un programme en Figaro… d'autant que je mise tout sur la Route du Rhum, en novembre. Je ne veux surtout pas me disperser. J'ai gagné en Class40 il y a quatre ans, je veux défendre mon titre sur l'Atlantique. Mais pour ça, il faut des moyens que je n'ai pas actuellement. »

– Pour courir le Rhum, combien ça coûte aujourd'hui ?

« Pour un projet gagnant, il faut compter 300 000 euros. On y arrive vite avec la location du bateau, l'inscription, l'hébergement, les (gros) frais de communication à bord par satellite, les billets d'avion, l'assurance (20 000 euros), le retour du voilier en cargo (15 000 euros), un jeu de voiles performant (40 000 euros), etc. Faber France me soutient toujours, c'est un peu plus compliqué du côté de Dunkerque, mais ce sont de toute façon de “petits” sponsors – même si tout est relatif – à cette échelle… Bref, il me manque les deux tiers du budget ! Je me démène, je fais beaucoup de prospection, je ne perds pas espoir, mais ça prend pas mal de temps. »

– Ça vous en laisse donc peu pour naviguer et vous entraîner, surtout si vous n'avez plus de bateau ?

« Si, quand même, je sors souvent en mer, ici à Lorient, et je fais aussi quelques piges pour entraîner des jeunes, ou les former aux logiciels de navigation. Et puis je fais pas mal de sport, et beaucoup de surf. En ce moment, on a des vagues qui ne sont pas mal ! Je soigne ma forme. Si je veux un projet cohérent, je dois tout maîtriser. Et il ne faut pas oublier que derrière tout ça, j'ai le Vendée Globe 2016 en ligne de mire. Je n'ai pas renoncé ! Alors sportivement et médiatiquement, aller défendre mon titre sur la Route du Rhum, je n'imagine pas ne pas pouvoir le faire. Or le temps presse, désormais… »

1. Bruno Jourdren a fait une chute dans le bateau, une dizaine de jours après le départ, alors qu'ils étaient dans le groupe de tête : ligaments du genou arrachés, et fracture du péroné. Thomas Ruyant a ramené le bateau à Lisbonne.

Par CHRISTIAN TAVERNE-GRASSET
LA VOIX DU NORD

Autres actualités

18/07/2018

Armel le Cleac’h :  « On a une belle histoire à écrire. Être au départ sera une première victoire »

Armel le Cleac’h : « On a une belle histoire à écrire. Être au départ sera une première victoire »

Armel le Cléac'h et son géant banque populaire IX seront au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe 2018. L'objectif du skipper est de remporter cette compétition. Mis à l'eau en octobre dernier après un chavirage, le skipper multiplie les entrainements sur son maxi-trimaran. 

17/07/2018

Un Marin fière de ses foils !

Un Marin fière de ses foils !

Alan Roura a publié sur son compte twitter les premières images de son voilier « La Fabrique ». Après des mois de travaux, le nouveau bateau du skipper a était dévoilé et mis à l'eau afin d'être jaugé.