Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

12/11 - 08h56

Les mots de la nuit

Les 58 solitaires encore en mer naviguent toujours dans des alizés de secteur Est instables et irréguliers, sauf les retardataires en Class40 et en Classe Rhum qui se sont faits rattraper par une dorsale anticyclonique qui fait barrière au large des Canaries : les écarts vont devenir conséquents pour ces skippers qui vont peiner au moins une journée dans des brises évanescentes et volages…

François Gabart-Macif (IMOCA), 1er au classement de 4h

«  Les nouvelles sont sympas, j'ai de la glisse depuis quelques jours, les conditions sont sympas. Mais je navigue toujours dans des grains : il faut être vigilant, j'ai slalomé entre les nuages depuis début de la nuit. La fin de journée d'hier a été magnifique avec une longue houle, cela surfait bien, le coucher de soleil était somptueux. Les conditions météo sont très plaisantes pour faire du bateau à voile. Dans le détail, on ne se retrouve pas très loin de la route : il est peu probable qu'il y ait des écarts importants par rapport à la route directe. Les alizés sont là mais à l'heure actuelle, cela tourne avec les nuages et les grains. Je vois toujours la lune quand il n'y pas les nuages mais il y a aussi des éclairs partout : c'est impressionnant, je n'entends pas le bruit du tonnerre. Est-ce possible d'avoir un éclair sans tonnerre en zone tropicale ? Il y a la lumière en permanence. J'ai l'impression que l'orage pète dans tous les sens... »


Erwan Le Roux-FenétréA Cardinal (Multi50), 1er au classement de 4h

« Les grains sont en train de passer un peu, cela devient plus stable et ce n'est pas plus mal. Je devrais faire route directe vers l'arrivée sous grand gennaker et grand-voile haute. A priori j'ai peut-être un empannage en fin de journée mais ce sera tout. Il reste encore une  nuit complète en mer avant de voir l'arc antillais et je devrais arriver au lever du soleil jeudi. Je n'ai pas de soucis majeurs, j'essaye de rester concentré jusqu'au bout sur la tâche qui est la mienne, à savoir amener le bateau et l'équipage à bon port. J'ai de l'avance sur mon concurrent Lalou (Roucayrol) et je commence à être pénard mais on ne sait jamais. La vitesse est instable pendant les grains, et j'essaye de mollir un peu sous les nuages. Dans ces conditions, tu as besoin d'avoir une allure plus pépère. L'alizé n'est pas clair. La navigation est vraiment au millimètre. »


Thibaut Vauchel Camus-Solidaires en Peloton (Class40), 3ème au classement de 4h

« C'est régulièrement instable depuis hier, je rencontre des bandes de grains assez étonnantes d'ailleurs : ce sont des trains de nuages qui passent sur le même axe, on a du mal à en sortir et cela peut-être un peu rock'n roll parfois. Je fais route plein Ouest vers les Antilles avec Alex (Pella) et Kito (de Pavant). Quand on regarde les traces, on a de petits déboires, nos trajectoires ne sont pas très régulières à cause de ces grains. Pas mal d'empannages sont au programme. Les routages nous proposent de jouer avec de petites variations de vent. Il faut qu'on arrive à condenser nos empannages. C'est assez exigeant : on arrive à dix jours de course, on commence à être fatigué, on n'a pas la même énergie que les premiers jours, tout peut devenir compliqué. Il reste environ sept jours de mer et le tour de la Guadeloupe peut vite devenir plus long que prévu. On ne va pas se plaindre, les embruns  sont chauds et j'ai vu des poissons volants aujourd'hui. »


Wilfrid Clerton-Cap au Cap Location (Classe Rhum), 5ème au classement de 4h

« Je n'ai pas de vent pour le moment, c'est assez dur : on essaye de s'échapper d'une dorsale en tirant des bords. Ce n'est pas facile, il faut gagner dans le Sud, ce petit plus va faire que cela va vraiment démarrer après. La flotte risque de se scinder en deux, mais cela devrait démarrer là où je me trouve. J'étais en manœuvre depuis une heure sur le pont, je regarde mon cap, il va falloir que j'empanne et que je retourne plus vers le Sud. Je navigue dans six nœuds de vent maximum en ce moment mais avec une houle qui fait que les voiles ballotent. Ce n'est pas bon pour matériel. Il y a urgence à trouver la sortie et pour jouer une bonne place, il y a quelque chose à faire. Je n'ai pas dormi beaucoup depuis deux jours, il va falloir tenir le coup : c'est un tournant dans la course et il faut être dessus ! »


Autres actualités

17/07/2018

Un Marin fière de ses foils !

Un Marin fière de ses foils !

Alan Roura a publié sur son compte twitter les premières images de son voilier « La Fabrique ». Après des mois de travaux, le nouveau bateau du skipper a était dévoilé et mis à l'eau afin d'être jaugé. 

16/07/2018

Jérémie Beyou : En route vers la Route du Rhum - Destination Guadeloupe dans le secret de la victoire …

Jérémie Beyou : En route vers la Route du Rhum - Destination Guadeloupe dans le secret de la victoire …

Jérémie Beyou et son équipe du Charal Sailing Team ont ouvert leurs portes à l'équipe de Ouest France. Ils nous proposent une découverte en exclusivité du chantier du futur IMOCA de Jérémie Beyou sur lequel il naviguera lors de la prochaine Route du Rhum - Destination Guadeloupe.