Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

12/11 - 19h25

Deuxième salve d’arrivées : les premiers Multi50 attendus jeudi

  La scène se prépare pour l'arrivée des premiers Multi50 après des temps de course exceptionnels pour les trimarans Ultime. Et pour les 58 solitaires encore en mer, il y a du grain à moudre dans toutes les classes. Car un peu plus de 10 % de la flotte est arrivée à bon port. Les Ultime ont eu leur heure de gloire Place de la Victoire et attendent gentiment au mouillage dans la Marina de Pointe à Pitre.  Les marins, eux, retrouvent des forces à La Créole, l'hôtel qui héberge la plupart des teams et l'organisation, et refont le match devant les caméras. 

A pas de géant

Les temps de course dans cette catégorie sont exceptionnels. Dans le sillage du nouveau record établi par Loïck Peyron (7 jours 15 heures 8 minutes et 32 secondes), tous les bateaux ont franchi la ligne en moins de 48 heures, le dernier d'entre eux, Paprec Recyclage, après 9 jours et 5 heures de mer. Ces jolis chronos, comparables à ceux des Orma (trimarans de 60 pieds) dans l'édition de 2006, sont dus à une météo très propice à la vitesse. 85% de la course s'est déroulée au portant, puisqu'après 30 heures de navigation seulement, dès le passage du cap Finisterre, les géants  de cette Route du Rhum Destination Guadeloupe déboulaient  vent dans le dos.

La fête se prépare pour les Multi50

Le tapis rouge du ponton de la darse de Pointe à Pitre est désormais déroulé pour les Multi50 ( 5 solitaires en course). Jeudi en milieu de journée (heure locale), Erwan Le Roux (FenêtréA-Cardinal) et Lalou Roucayrol (Arkéma Région Aquitaine) seront les premiers à le fouler. Mais dans quel ordre ? L'approche de l'arc antillais reste délicate avec des lignes de grains épars, comme autant de pièges pour les marins. La foudre est d'ailleurs tombée non loin du bateau d'Yves Le Blévec (Actual), grillant une partie de son électronique. Et pour un final en apothéose, il y aura les 50 derniers milles autour de la Guadeloupe, théâtre de deux rebondissements hier chez les Ultime. Lalou Roucayrol n'est  qu'à 100  milles d'Erwan Le Roux lequel reconnaît ne pas être à l'abri d'une mauvaise surprise…

Violents grains sur la route

Autres arrivées imminentes : celle des premiers Imoca. Dominateur depuis le passage du cap Fréhel, François Gabart (Macif), devrait en finir  vendredi matin avec sa toute première Route du Rhum. Poussé par un Jérémie Beyou combattif malgré quelques déboires, le double vainqueur du Vendée Globe reste le plus rapide sur l'eau, avec des vitesses moyennes de 1 à 2 nœuds supérieures à ses concurrents.  Pourtant, la progression des monocoques vers la Guadeloupe au milieu de grains orageux violents est particulièrement pénible. 

Grosse session d'empannages

Dans le nord-ouest du Cap Vert, les Class40 en bavent. Plein vent arrière, dans un vent qui bascule parfois de plus de 50 degrés et des grains qui font monter l'anémomètre, les solitaires  ont passé leur nuit à s'adapter aux moindres caprices de l'alizé. Le leader catalan Alex Pella  ( TALES 2 Santander) confiait avoir empanné 25 fois. Même programme chargé pour son poursuivant Kito de Pavant (Otio-Bastide Medical) qui n'a cessé de manœuvrer… un exercice toujours délicat la nuit, maintenant que la lune a déserté. Un quatuor s'est démarqué en tête, avec Thibaut Vauchel Camus (Solidaires en Peloton)  et Yannick Bestaven (LE CONSERVATEUR). A force de faire des zig et des zag sous spi, les vitesses de progression vers le but  (encore 1500 milles à parcourir) s'en ressentent, avec des moyennes n'excédant pas les 10 nœuds. 

Une partie de la flotte dans l'anticyclone

En Classe Rhum, Anne Caseneuve (ANEO), qui évolue en compagnie des premiers Class40 à bord de son multicoque de 50 pieds, poursuit son cavalier seul en tête dans des alizés perturbés.  400 milles plus loin, mais toujours en 2e position, ce n'est plus du tout la même course pour le tenant du titre Italien Andrea Mura  ( Vento di Sardegna), en train de se faire prendre dans les airs légers de l'anticyclone des Açores. Avec une dorsale qui s'étend en biais des Açores au large du Maroc,  cette situation concerne une bonne partie de la flotte Rhum. Certains marins comme le Guadeloupéen Willy Bissainte (Tradysion Gwadloup), démoralisé à la vacation du jour, ou encore Pierre Yves Chatelin (Destination Calais) progressaient cet après-midi à moins de 2 nœuds !


Autres actualités

04/05/2018

Yann Eliès au départ de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe avec UCAR

Yann Eliès au départ de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe avec UCAR

« Je serai au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ! » lâche souriant Yann Eliès. En effet, le skipper briochin embarque auprès de lui un nouveau partenaire dans la voile : UCAR. Cette société, spécialiste de la location de véhicules pour tous publics, et précurseur des nouveaux usages de l'automobile individuelle et de la voiture partagée, a décidé « de se lancer dans la grande aventure de la course au large auprès d'un de ses skippers les plus talentueux » précise son Président, Jean-Claude Puerto.

01/05/2018

Inscriptions : check ! Qualifications : en cours…

Inscriptions : check ! Qualifications : en cours…

Si les 122 concurrents en lice pour l'édition du 40ème anniversaire de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ont en poche le premier sésame validant leur présence sur la ligne de départ du 4 novembre 2018, il reste à bon nombre d'entre eux encore quelques formalités à remplir. Ainsi, ceux qui s'aligneront sur l'épreuve à la barre d'un bateau flambant neuf ou récemment acheté, sans avoir encore inscrit à leur livre de bord suffisamment d'heures de navigation, vont-ils devoir s'acquitter d'un parcours de qualification de 1200 milles en solitaire. Une obligation fixée par l'avis de course et validée par Jacques Caraës, Directeur de course.