Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

14/11 - 19h11

Le Rhum « allongé » des autres

Si, après les Ultime, les arrivées se succèdent à Pointe-à-Pitre du côté des monocoques IMOCA et des Multi50, la course redouble d'intensité du côté des Class40 (32 bateaux) et des Rhum (14 bateaux). Les protagonistes de ces deux flottes très étalées ferraillent dans des conditions météo complexes générant du remue-ménage dans les lignes des classements. Alizés perturbés pour les leaders, calmes persistants pour les retardataires, tous sont logés à la même enseigne : celle de l'usure et de l'endurance après déjà 12 jours de mer en solitaire...

Pour eux, la ligne de la délivrance est encore loin, très loin. Alex Pella (Thales 2 - Santander) et Anne Caseneuve (Aneo) ont beau bénéficier d'un confortable matelas d'avance sur leurs poursuivants immédiats, il leur reste respectivement 1000 et 1200 milles à parcourir avant de goûter à la saveur de l'accueil guadeloupéen, soit environ 5-6 jours de mer.

Class40 : Alex devant, les autres derrière

Voilà plus de 24 heures qu'il a passé la surmultipliée. Avec un speedo qui affiche souvent 1,5 noeuds de mieux que celui de ses poursuivants, Alex Pella se fait la belle à la barre de son redoutable plan Botin dont il tire toutes la quintessence. Précis dans sa trajectoire, le Catalan carbure au vent de la réussite. Dans son sillage, difficile de s'accrocher, même si certains concurrents ne déméritent pas pour se faire une place dans les premières lignes du classement. C'est le cas de Pierre Brasseur (Matouba) qui vient de voler la 4è place à Yannick Bestaven (LE CONSERVATEUR) moins rapide ces dernières heures. Idem pour Stéphane Le Diraison (IXBlue - BRS) qui tire tous les bénéfices de son positionnement d'un route savamment dosée Sud pour s'immiscer dans le petit groupe lancé aux trousses de l'imperturbable leader. Moins de 20 milles séparent ces trois solitaires, à la lutte pour la 4è place. 

Derrière, les autres ne sont pas en reste dans les rangs d'une flotte éclatée en petites pelotons au sein desquels tous les coups tactiques sont permis.  Notamment du côté de la « la ligue 2 » de ce 10è Rhum comme aime le souligner Halvard Mabire (Campagne 2 France). Dans ces quartiers océaniques, la course prend tous les atours d'une régate entre trois bouées, au point que le VHF ne cesse de grésiller de ce côté de l'Atlantique. Au contact, ce routier de la mer joue des coudes et de l'étrave avec Bertrand Delesne (Teamwork40), ou encore Pierre-Yves Lautrou (L'Express-Trepia) et Jean-Christophe Caso (Picoty-Lac de Vassivière), qui progressent tous les deux à vue après presque 2000 milles déjà parcourus depuis le départ. 

 

Rhum : Sir Robin Knox-Johnston, bientôt 3è 

Chez les Rhum, il y a Anne et les autres. Seule à la barre d'un multicoque de 50 pieds, la navigatrice morbihannaise trace sa route du côté de la tête de flotte des Class40, au rythme des sautes d'humeur des alizés. Mais, tout comme du côté des monocoques de 12,18 mètres, c'est dans son sillage que le classements connaît des bouleversements. Et pas des moindres puisque ce vendredi après-midi, Wilfrid Clerton (Cap au Cap Location) vient de s'emparer de la deuxième place aux dépens d'Andrea Mura (Vento di Sardegno). Le vainqueur en titre dans cette catégorie fais les frais de son positionnement au Nord et de longues heures passées à se débattre avec des vents plus capricieux quand ceux décalés plus au Sud ont pu éviter des retentissements pénalisants. 

Il est aussi aujourd'hui sous la menace directe d'un certain Sir Robin Knox-Johnston (Grey Power), dont la fougue reste intacte et qui ne boude pas son plaisir de tailler la route en solitaire vers la Guadeloupe. Certes, la course est loin d'être terminée et tout porte à croire que le skipper sarde, engagé à la barre d'un Open 50, parfaitement optimisé et adapté pour accélérer dans l'alizé, n'a certainement pas dit son dernier mot dans la bataille pour le podium. Quoi qu'il en soit ces derniers chamboulements témoignent de la complexité de la situation météo qui n'a pas fini de redistribuer les cartes sur l'eau. 

---

Ils ont dit

Alex Pella, Thales 2 -Satander (Class40), 1er à 1040 milles de l'arrivée : beaucoup de pièges sur un long chemin

« On a vu que c'était un bateau rapide sur la Transat Jacques Vabre l'an dernier, puis on a bien travaillé dessus toute cette année.  Je suis très content du bateau. J'essaye d'éviter la casse. Je ne pense pas que 80 miles d'avance soit suffisant. Ce matin j'étais coincé sous une couche de nuages pendant deux heures, qui ont coupé les alizés. Le vent est très instable dans toutes les directions, tout peut se passer. Il reste encore beaucoup de parcours et beaucoup de pièges sur le chemin. »

 

Jean-Christophe Caso, Picoty-Lac de Vassivière (Class40), 16è à 150 milles du premier : à vue et au contact au milieu de l'océan

« On a du soleil et du vent. On était 4 bateaux cette nuit mais Teamwork s'est fait la malle dans un gros grain. Je suis repassé sous petit spi le temps du grain et lui a réussi à s'échapper. Il doit être à 6 milles devant.

Les conditions étaient super instables. On a navigué à vue avec  Harvard et Bertrand à 700/800m les uns des autres, et on avait pas du tout le même vent. Là, on a un ciel d'alizé donc on ose espérer que ça puisse rester constant et stable. Avec Pierre Yves on est à 200 m l'un de l'autre on parle beaucoup à la VHF. On parle de la course, et il me fait des petits debriefs on parle aussi de la vie en général. Ça parle chiffon et ça rigole ce qui permet de relâcher les nerfs. »

 

Charlie Capelle, Acapella (Rhum), 8è, à 910 milles de la première : en belles noces avec sa « vieille demoiselle »

« Je me fais très plaisir, ça fait deux jours que ça glisse. Je suis très content d'être arrivé jusque-là. Je suis en pleine forme, tout va bien à bord. Il n' y a pas beaucoup de vent mais ça avance. 

Moi j'ai décidé de descendre dans le sud.  J'ai peut-être empanné un peu tôt mais c'est un choix. 

Je fais de très belles journées de voile avec un ciel bleu et une belle mer. Pour moi courir la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ne peut se faire que sur Acapella car c'est un bateau qui me colle à la peau depuis bientôt 30 ans. C'est une vieille demoiselle mais qui est encore solide, on l'a vu pendant la première semaine. J'ai un espace agréable. Ce matin c'était séance ménage. J'alterne entre cockpit et pilote la barre. Mon pilote marche à merveille donc je profite du spectacle. Je me fait à manger et je m'organise sur ma nav, météo. J'ai un contact une fois par jour avec mon épouse. »

Autres actualités

14/12/2017

La famille des licenciés exclusifs s’agrandit !

La famille des licenciés exclusifs s’agrandit !

Dévoilée en octobre dernier, dans le cadre du lancement du Club Rhum – Groupe Télégramme à Saint-Malo, la liste des premiers licenciés exclusifs de l'édition des 40 ans s'enrichit aujourd'hui de nouveaux acteurs. Ainsi, Mix, Crêperie Le Guen, Malo et Plein Fruit, viennent-ils agrandir la famille des produits agro-alimentaires qui porteront les couleurs de La Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Mais les licences ne s'ouvrent pas seulement aux plaisirs de bouche, puisque la société L'Arboiserie devient également licenciée pour les articles en bois.

10/12/2017

La Ministre des Outre-mer est venu s'informer sur les nouveautés 2018 !

La Ministre des Outre-mer est venu s'informer sur les nouveautés 2018 !

La Ministre des Outre-mer, Annick Girardin est venu sur le stand d'OC Sport Pen Duick - Groupe Télégramme pour parler des nouveautés 2018. Cette 11ème édition est une année exceptionnelle puisqu'elle fêtera les 40 ans de cette course mythique qu'est La Route du Rhum - Destination Guadeloupe.