Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

15/11 - 05h32

Des mots de la nuit

Un podium au complet chez les Muti50 et une deuxième arrivée chez les IMOCA. Ce vendredi soir, Pointe-à-Pitre a vibré au rythme de trois arrivées saluées par la foule toujours présente pour accueillir les solitaires. Pendant ce temps là, la course continue pour 53 concurrents représentant quatre catégories. Extraits des vacations où l'impatience d'affaler les voiles le dispute au plaisir d'être en mer…


Louis Burton - IMOCA - Bureau Vallée - 5è, à 240 milles de l'arrivée : «  Ca va, je suis à 350 milles de l'arrivée. J'étais dans une phase de repos pour être honnête avec toi. J'ai perdu mon grand spi et mon petit spi depuis lundi, le début des alizés. 
On est dans une catégorie de bateaux où chaque bateau avait des caractéristiques spécifiques et des performances bien à lui. Il y a certains écarts qui sont assez logiques, normaux. Avec Bureau Vallée nous sommes contents d'être là où on est. Ça c'est bien ! Au début le fait de se retrouver seul à bord est assez violent, cela m'a fait du bien de me retrouver avec mon bateau. Les premiers jours de course ont été super intenses pour cela. Tout s'est enchainé un peu vite. J'ai eu le temps de me ressourcer ; tu retrouves tes réflexes de solitaire etle rythme que j'avais lors du Vendée globe. Au niveau des manœuvres, la Route du Rhum est une bonne répétition générale avant un tour du monde en solitaire. Au niveau de la vie à bord : alimention, repos etc ce n'est pas du tout une préparation comme un mini tour du monde. J'ai géré cela comme un sprint court. Je n'ai pas vraiment fait de régime spécial au niveau alimentaire, je n'avais pas emmené beaucoup de vêtements à bord pour cette course. L'épreuve est assez rapide. »

Tanguy de Lamotte - IMOCA - Initiatives Cœur - 7è, à 1050 de l'arrivée : «  Le vent est un peu moins constant que la journée dernière. Dans la nuit, il faut pas mal d'attention et de réglages . Je n'ai pas arrêté, mais là je suis bien. J'ai réussi à pas mal dormir, des petites siestes mais il faut rester au plus proche de l'évolution du vent. J'ai vécu l'arrivée de François à distance. C'était une bonne journée ! Je suis malheureusement encore en mer et un peu plus loin que ce que j'aurais pu espérer il ont fait une belle bagarre devant et encore une fois c'est François qui gagne.
L'écart s'est quand même bien resserré. Les jours derniers j'ai réussi à grappiller sur Alessandro (Di Benedetto). L'objectif c'est de progresser. J'étais tellement loin derrière en repartant que c'était difficile de revenir. C'est un objectif personnel. L'objectif du projet est atteint. Que je termine devant ou derrière  Alessandro, le but c'est de connaître le bateau et de prendre des notes en vue du prochain Vendée Globe. Je l'ai quant même pris en mains toute l'année. C'est un bateau qui est plus rapide, plus exigeant, mais on se rend compte que le prix de l'effort c'est que le bateau va plus vite aussi. Je suis vraiment content et privilégié d'avoir ce bateau là jusqu'au Vendée Globe et de le faire évoluer. J'ai des routages qui me font arriver mardi dans la journée ».


INITIATIVES COEUR - JOUR 13 par routedurhum  

Anne Caseneuve - Rhum - Aneo - 1ère, à 1080 milles de l'arrivée : « Tout se passe bien on est en plein dans les alizés et on cherche les couloirs de vents. Il y a eu des passages assez durs mais ca va. Il y a eu plus simple mais il y a eu plus compliqué. C'est rare que je sois entouré de Classe 40 comme ça mais je fais comme s'ils n'étaient pas là. J'étais vraiment fatigué en partant mais j‘ai trouvé le rythme sans problème. On pourrait dire que c'est monotone mais j'adore ça : la météo, dormir manger… c'est la mer quoi ! L'arrivée, je commence à y penser. Je connais bien la côte sous le vent, je sais qu'elle est dure. Je pense arriver mardi vers 18 heures à la pointe de la Vigie. D'ici là, j'en profite parce que c'est les alizés, c'est la Route du Rhum, ça s'est bien passé. A part mon petit problème de safran, je n'ai eu aucun souci et c'est le rêve ».

 

Autres actualités

04/05/2018

Yann Eliès au départ de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe avec UCAR

Yann Eliès au départ de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe avec UCAR

« Je serai au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ! » lâche souriant Yann Eliès. En effet, le skipper briochin embarque auprès de lui un nouveau partenaire dans la voile : UCAR. Cette société, spécialiste de la location de véhicules pour tous publics, et précurseur des nouveaux usages de l'automobile individuelle et de la voiture partagée, a décidé « de se lancer dans la grande aventure de la course au large auprès d'un de ses skippers les plus talentueux » précise son Président, Jean-Claude Puerto.

01/05/2018

Inscriptions : check ! Qualifications : en cours…

Inscriptions : check ! Qualifications : en cours…

Si les 122 concurrents en lice pour l'édition du 40ème anniversaire de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ont en poche le premier sésame validant leur présence sur la ligne de départ du 4 novembre 2018, il reste à bon nombre d'entre eux encore quelques formalités à remplir. Ainsi, ceux qui s'aligneront sur l'épreuve à la barre d'un bateau flambant neuf ou récemment acheté, sans avoir encore inscrit à leur livre de bord suffisamment d'heures de navigation, vont-ils devoir s'acquitter d'un parcours de qualification de 1200 milles en solitaire. Une obligation fixée par l'avis de course et validée par Jacques Caraës, Directeur de course.