Suivez votre ROUTE
 
 
Retour aux actualités

15/11 - 17h40

Marc Guillemot, Safran : « Ce bateau, c'est une partie de moi »

« Cette course c'est transformée en vrai combat, ce n'est du tout ce que j'avais envisagé au départ. Il a fallu faire avancer le bateau dans l'adversité avec tous les problèmes techniques que j'ai eus. Je crois que je n'avais jamais fait de course avec autant de problèmes qui se sont enchainés et qui en ont entrainés d'autres. Je me suis vraiment posé la question à 950 milles d'ici. Qu'est ce que je fais ? Je ne vais plus avoir d'énergie.  Je n'étais plus dans la course et en même temps quand même dans la course. Il a fallu se battre, et puis, petit à petit, on apprend à fonctionner avec ses problèmes, les gérer et jeter un œil aussi sur ce qui passe en course.

Franchement, je pense que je me suis vraiment bien battu. Bravo ! (Il se donne une claque sur la joue, ndlr).  C'est vrai que j'ai le sentiment d'avoir fait un beau parcours, en gérant toutes les situations. Avec ce bateau, j'en ai eu des problèmes, mais rarement des problèmes qui m'ont contraint à l'abandon. J'aime terminer les courses. C'est mon 5e rhum et ma 5e arrivée, je ne suis pas mécontent. Il y aussi le côté émotion… Au départ de la Route du Rhum, c ‘était la course qui comptait. Et là, à l'arrivée les conditions étaient tellement magnifiques…


C'est un bateau qui est tellement bien, tellement beau, bien construit, bien pensé grâce à tous ceux qui y ont participé : les archis, Verdier et VPLP, les équipes de Safran. C'est un super bateau qui a encore une longue carrière devant lui. On le verra sur d'autres épreuves. (Très ému) Ça me fait quelque chose. C'est un peu de moi ce bateau.. j'aurais bien prolongé le débat… Ce n'est pas totalement la fin de ma collaboration avec Safran : il y a un nouveau skipper qui arrive, un nouveau bateau, qui aura peut-être besoin de mes services. Si ce n'est pas le cas, j'irais ailleurs parce que j'ai envie de naviguer, j'ai encore un ciré qui n'est pas prêt à rester au placard.


Ça a été épuisant cette Route du Rhum. Au portant, ces bateaux sont quand même un peu sport. Ils ne tiennent pas toujours la route sous spi d'autant que j'avais mon spi de tête mis sur une drisse plus bas, il était un peu trop ventru, pas génial pour la stabilité de route et j'ai du gérer ça aussi parmi d'autres problèmes… J'ai les mains dans le cambouis depuis 950 milles avant l'arrivée. Quatre fois par jour, je récupérai l'huile que le moteur crachait avec une petite cannette de Coca. Je remettais le tout dans une bouteille, ça me permettait de faire 20 minutes de charge avant que le moteur se dévide. A des moments, j'avais plus la gueule d'un mécanicien avec de l'huile partout… Du coup, j'ai beaucoup barré parce que j'ai cru que je n'aurai plus d'énergie pour finir.


Ce que je retiens de ma collaboration avec Safran ? Une superbe aventure qui m'a énormément apporté. Les gens de Safran m'on beaucoup apporté, beaucoup de joie et quelques coups moins drôles comme au Vendée Globe 2012. Au final, beaucoup de choses positives, des histoires humaines, techniques, beaucoup de rencontres… Et il y a de quoi : ils sont 65 000 chez Safran. C'était enrichissant pour moi et l'équipe qui m'entoure depuis 8 ans.  Comme toutes les belles choses, on aimerait que ça dure plus longtemps… Même  si ça va durer d'une autre façon, avec un nouveau visage avec pour moi un nouveau rôle. Ce qui m'importe c'est de pouvoir continuer à m'enrichir de rencontres et pouvoir continuer à naviguer.  Je me suis engagé à aider Morgan Lagravière à être sur le prochain  Vendée Globe au niveau technique et coaching.  Voilà, place aux jeunes ! Je pourrais peut-être gagner le Vendée Globe à travers lui mais avec des charentaises à la maison. Les bateaux sont vraiment durs et à 55 balais, ce n'est pas pareil. Je me suis fait mal sur le bateau…



Autres actualités

17/07/2018

Un Marin fière de ses foils !

Un Marin fière de ses foils !

Alan Roura a publié sur son compte twitter les premières images de son voilier « La Fabrique ». Après des mois de travaux, le nouveau bateau du skipper a était dévoilé et mis à l'eau afin d'être jaugé. 

16/07/2018

Jérémie Beyou : En route vers la Route du Rhum - Destination Guadeloupe dans le secret de la victoire …

Jérémie Beyou : En route vers la Route du Rhum - Destination Guadeloupe dans le secret de la victoire …

Jérémie Beyou et son équipe du Charal Sailing Team ont ouvert leurs portes à l'équipe de Ouest France. Ils nous proposent une découverte en exclusivité du chantier du futur IMOCA de Jérémie Beyou sur lequel il naviguera lors de la prochaine Route du Rhum - Destination Guadeloupe.